MASTIQUER, C'EST LA SANTE

 

Mastiquer : écraser les aliments solides et les enduire de salive pour décomposer leurs molécules, avant de les avaler. Nous pouvons faire la même chose avec des aliments liquides, y compris les boissons.

 

Depuis notre naissance, tout est fait pour faciliter le fondant, la glisse rapide dans la bouche, avec le moins d’efforts possibles pour écraser et avaler. Du biberon avec des tétines au débit réglable au robot qui mixe les repas du petit enfant. Malheureusement, nous n’apprenons plus aux enfants à mastiquer, et par conséquent, ils avalent tout sans mâcher.

 

Ce comportement est une pure catastrophe digestive. Notre estomac n’a pas la capacité de mastiquer, de broyer et de pulvériser les aliments. Sans mastication, nos aliments, vite ingurgités, stagnent et fermentent durant des heures. Nous nous sentons ballonner, incapable de digérer, et nos selles ont une odeur effroyable.

 

Parce que notre estomac n’a pas de dents, nous devons lui préparer le terrain en écrasant le mieux possible les aliments.  Nos molaires ont pour mission de broyer, de réduire en bouillie tout ce qui est solide. Cela s’appelle la prédigestion, faisant intervenir la salive qui contient des enzymes qui vont commencer la digestion dans la bouche. Beaucoup d’aliments non prémâchés ne peuvent pas être dissous par les sucs gastriques, ce qui engendre des problèmes de remontées acides, reflux, et une digestion qui dure des heures.

 

Mastiquer permet aussi à notre cerveau d’analyser toutes les informations qui lui sont données par nos 5 sens. Il a le temps de quantifier ce qui rentre dans notre bouche, de permettre au corps de mieux assimiler les nutriments, d’éviter l’encrassement en favorisant l’expulsion.

Pour qu’une digestion soit bonne, le cerveau doit impérativement être informé par la bouche de tout ce qui entre dans le système digestif, et ceci, pour organiser la sécrétion des divers sucs digestifs et la dégradation des aliments. Cela assure ensuite une bonne assimilation et l’expulsion des déchets et des surplus.

 

Pendant que nous mastiquons, notre cerveau calcule la quantité de sels minéraux, enzymes, vitamines, protéines, lipides, glucides qui entrent dans notre organisme. Ce qui lui permet d’envoyer divers signaux à l’appareil digestif. Il régule les entrées, nous envoie le signal de la satiété dès qu’il estime qu’il est entré assez de nutriments dans l’organisme en nous coupant l’appétit.

Sans cette fine analyse, le cerveau n’a pas d’autre choix que de stocker ou d’expulser les aliments trop vite avalés, après une digestion lourde, et très lente.

 

Mastiquer sert aussi à muscler les gencives et les mâchoires, à maintenir les dents en bon état et à éviter l’effondrement du visage.

 

 

Comment procéder :

- Coupez les aliments en petits morceaux et prendre de petites bouchées,

- Evitez tout ce qui est mixé,

- Une fois dans votre bouche, écrasez 3 à 4 fois la bouchée, puis laissez la salive descendre et humecter complètement les aliments,

- Quand les aliments sont bien humectés, broyez les encore quelques fois et avalez les.